Critique de Tetrobot : un puzzle-game pur et dur

 Critique publiée par Benoît le 04/05/2015 sur Apps-and-play.com, site d’actualités et de tests sur les jeux mobiles en activité en 2014 et 2015. Testé sur iPad.

Tetrobot arrive enfin sur supports mobiles (iOS et Android), et c’est une bonne nouvelle pour les amateurs de puzzle-game : déjà excellent sur PC, le titre des montpelliérains de Swing Swing Submarine a conservé toutes ses qualités d’origine, et semble même plus à son aise sur écran tactile. Retour sur l’un des meilleurs jeux d’énigmes « en blocs » de l’App Store et du Google Play.

Un plaisir au tactile

Passons rapidement sur son histoire-prétexte – celle d’une jeune inventrice concevant un mini-robot pour en réparer des plus grands de l’intérieur -, pour en décrire rapidement le principe : en 10 mondes thématiques (pour 10 robots à réparer), Tetrobot nous propose d’abord d’atteindre la sortie de niveaux entravés d’énigmes (une par sous-tableau), sous les traits d’un adorable petit robot flottant.

Ce dernier peut être déplacé par simples « taps » sur le décor, via un contrôle tactile irréprochable (on jurerait découvrir un jeu conçu pour les supports mobiles) ; plus important, il peut aussi avaler et recracher tous les cubes « interactifs » autour de lui, pour peu qu’ils se trouvent à même hauteur (par simple tap, toujours) ; un gimmick exploité dans tous les sens, au gré de puzzles redoutables d’intelligence et au design sans cesse renouvelé.

Cette fraîcheur de la progression vient d’abord des cubes eux-même, qui sont littéralement la matière première des énigmes, et dont les facultés singulières se découvrent sur le tas : « les cubes de même sorte (sable et sable par exemple) se collent entre eux », « ceux qui diffèrent glissent les uns sur les autres », « les cubes de gelée collent à tout » sont autant de petites maximes ludiques à intégrer, auxquels s’ajoutent d’autres facultés plus subtiles (les cubes en bois ou en sable sous les laser donnent par exemple des résultats intéressants).

Puzzles subtils

A cette base s’ajoutent divers mécanismes en bouton-pressoir, interrupteurs, canons propulseurs et tuyauteries trouées à combler, ajoutant une idée après l’autre toute une surcouche de complexité dans l’ordre des actions à accomplir et des cubes à poser : « d’où lancer ses cubes, dans quel ordre, comment les récupérer ? »  sont ainsi quelques unes des questions obsédantes que les énigmes redéploient en mille variations. La richesse en idées ludiques est en effet impressionnante, et n’a d’égale que l’implacable logique qui les soude, comme autant de briques d’un échafaudage raffiné.

Et le plus fort, c’est que le jeu se passe complètement de tuto textuel : les développeurs s’efforcent de communiquer toute mécaniques et indice par la pure force pédagogique du level-design. Cette approche fait du joueur le seul artisan de ses solutions, comptant sur son intelligence pour « relier les deux bouts » et le gratifiant en conséquence de jouissifs moments d’ « eureka » – il n’y a pas meilleur signe de réussite pour un puzzle-game -.

Notez tout de même que la complexité des puzzles peut aussi faire frôler le trop plein de frustration en cas de blocages sérieux, situation fréquente si l’on se prend au défi des 100% de complétion. Cet objectif, sorte de mode difficile qui ne dit pas son nom, requiert de récolter les 3 pièces dorées de chaque niveau (entre autre), dont la plupart sont fermement verrouillés derrière des énigmes raffinées à l’extrême.

T’es trop beau

On peut certes finir le jeu en fonçant sur la sortie et en se limitant aux golden clogs requis pour l’ouverture du prochain thème ; mais Tetrobot n’exploite son plein potentiel qu’à son plus difficile, quand ses énigmes requièrent l’usage complet et optimal de tous les blocs, et quand le moindre oubli devient bloquant – sachant que les erreurs sont heureusement réparables via le bouton « retour arrière », le jeu retenant tous nos faits et gestes pour chaque niveau -.

Mais Tetrobot n’est pas qu’un sommet de game-design intelligent pour joueurs malins, c’est aussi un ravissement pour les yeux et les oreilles : de ses jolis décors métalliques, aqueux ou gélatineux, à ses sprites 2D animés de main de maître, en passant par sa bande-son minutieuse (cf. le petit ronflement mécanique de notre robot endormi, en mode idle) et ses musiques régulièrement inspirée, tout y exprime le talent formel et l’expérience de ses développeurs, des ex-d’Ubisoft qui comptent clairement parmi les meilleurs indés français à ce jour.

Conclusion

Porté par un game-design d’une grande pureté et une réalisation flatteuse, Tetrobot est un modèle de puzzle-game intelligent, dont les puzzles sont à la fois rigoureusement logiques, ultra-lisibles et tous bien distincts. C’est aussi un jeu très ardu pour qui s’atèle à l’objectif des 100%, le seul qui dévoile son plein potentiel et lui permet d’atteindre une durée de vie plus que confortable. Si vous aimez un tant soit peu le genre, on vous le conseille vivement.

8
Benoît
Écrit par
Administrateur du site Etoile et champignon. Passionné par les jeux vidéo.

Réagir

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Veuillez entrer votre identifiant ou adresse email. Vous recevrez un lien pour créer un nouveau mot de passe.