Critique de Desert Fox : The Battle of El Alamein, bon jeu de stratégie sur tablettes

Test publié le 2 juillet 2014 sur un site de jeux iOS

Au premier regard, on peine à croire que Desert Fox : The Battle of El Alamein s’adresse réellement aux joueurs débutants en matière de stratégie au tour par tour, comme le prétend son développeur Shenandoah : son terrain de jeu figuré par une carte réaliste et ses systèmes de jeu très précis peuvent en effet décourager dès premières minutes. Et pourtant, passé les excellents tutoriels, le titre se révèle d’une clarté exemplaire et d’une richesse stratégique proprement vertigineuse, ce qui le rend à la fois accessible et absolument passionnant, pour les néophytes comme les vétérans de la guerre virtuelle.

« Facile à prendre en main, difficile à maîtriser »

Comme son titre l’indique, le contexte historique de ce troisième Desert Fox est extrêmement précis : on y rejoue, côté Allemand ou Allié, la bataille fatidique d’El Alamein, dont dépend le sort de l’Egypte et, plus globalement, l’équilibre des forces armées sur le front nord-africain de la Seconde Guerre mondiale. Nul besoin d’avoir une connaissance encyclopédique sur les modèles de tanks, ni d’avoir fait des études supérieures en tactique militaire : toutes les infos nécessaires seront accessibles en un tap, et toutes les actions, effectuées aussi simplement.

La complexité s’invite ici par le seul exercice stratégique, les batailles ne favorisant jamais de bonne option évidente ; complexité qui va d’ailleurs crescendo au sein des trois scénarios proposés, jouables du côté de l’armée allemande ou du Commonwealth – en solo contre l’I.A., en mode multi en ligne ou local, il y a le choix -. La première des « missions », prend place pendant la première offensive allemande, d’une durée de cinq jour (notion de temps au centre du jeu, on y revient), la seconde rejoue la contre-attaque des Alliés et la troisième, la plus ouverte, laisse le ou les joueurs refaçonner l’histoire selon leurs décisions.

Les « impulses », unités stratégiques de base

Les actions en question, Shenandoah les nomme « impulse » : elles sont en quelques sortes la plus petite unité de temps, le plus petit « tour de jeu » si l’on veut, et sont regroupées en journées, qui font office de « vrai » tour de jeu (avec debrief précis des gains et pertes, correspondant à des points de victoires). A chaque impulse, on choisira une case en un « tap », puis l’action des unités qui s’y trouvent (mouvement vers un autre territoire, ou bien combat si des ennemis nous disputent le terrain). Une fois ce mini-tour joué, l’ennemi fait de même, quelques heures défilent, et l’on reprend la main. Sachant qu’une journée peut être constituée de plus de 5 impulses, une partie en mode campagne peut durer entre une soixantaine de minutes (pour les premiers scénarios) et une dizaine d’heure (pour le troisième) : les vieux routards du genre seront aux anges.

Tous les 7 jours, une réorientation stratégique nous sera proposée, parmi deux choix possibles : l’option « refit » offre la possibilité de poser des mines et files barbelés sur ses territoires, ainsi que de renforcer ses troupes sur le front. L’option offensive, quant à elle, ne nous « remplume » pas mais nous donne l’initiative à chaque tour, idéal pour prendre l’ennemi de vitesse. Ces deux « boosts » ont ainsi des effets contraires qui tailleront très clairement notre approche entre défense et attaque, soulignant une autre des grandes vertu de Desert Fox : aucun choix n’y est d’emblée préférable. Le joueur doit seul assumer chacune de ses actions et de ce fait, soupeser minutieusement la conséquence de ses choix (quelle troupe bouger, quelle case défendre), chaque décision pesant potentiellement très lourd sur l’issue d’une partie;

On pourra typiquement se lancer dans une opération « cisaille du territoire ennemi », en coupant ses troupes de leurs bases, donc de leur réapprovisionnement (capital pour l’efficacité en combat), via une attaque par l’arrière ou sur les côtés ; mais les troupes ainsi mobilisées (3 max par case) seront autant de forces en moins pour tenir d’autre points, donc autant d’espaces vulnérables où l’ennemi pourra engouffrer sa contre-attaque. A ce titre, le tour par tour de Desert Fox est trompeur : il cache en effet une rapidité de jeu sans pitié. L’équilibre des forces, mesuré par la répartition du territoire, peut se recomposer en deux temps trois mouvements (littéralement), pencher en notre faveur ou se retourner contre nous en un « impulse » irréfléchi (soit, en une poignée de secondes).

Présentation exemplaire

Pour autant, on ne joue jamais à l’aveugle : chaque déplacement sur une case occupée nous indique, via une jauge, l’issue probable de notre choix ; ce sera notre premier outil pour éviter les erreurs idiotes. Le reste à trait à la pure logique de bataille, à la pure stratégie de terrain, acquise par la pratique : l’expérience nous apprend progressivement quelle lignes doivent être tenues, où se trouvent les points de faiblesses chez l’ennemi et quelle combinaison d’unités préférer (entre tanks, véhicules blindés et infanteries diverses), contre tel ou tel pack d’unités adverses, selon tel ou tel terrain – plateaux, canyons et renfoncements influent grandement sur les stats de combat et doivent intégrer toute bonne stratégie de bataille -.

Il faut dire enfin que ces systèmes de jeu, parmi les meilleurs que l’on ai vu dans le genre sur iOS, profitent d’une présentation fignolée dans ses moindres détails. Les menus sont disposés comme des dossiers « top secret » sur une table, le terrain de jeu ressemble à une authentique carte satellite, la bande-son semble tirée d’un film de guerre, et les divers effets de combats (impacts de balle sur les icônes, explosions marquant la mort d’une unité) assurent l’enrobage : tout ceci contribue à une atmosphère de Q.G. poussiéreux, dont on serait le général. C’est sans doute par ce soucis de la présentation que Shenandoah accomplit vraiment sa mission « d’accueil du néophyte », brisant avec la triste tradition qui veut que le genre soit austère, et ne soucie que de ses mécaniques.

Conclusion

Desert Fox est, tout simplement, l’un des meilleurs jeux de stratégie au tour par tour sur iOS : en s’axant sur des concepts clairs (territoires connectés, temporalité à deux niveaux) et sur une interface limpide, il permet aux nouveaux venus de s’approprier à bon rythme des batailles totalement ouvertes, dont la richesse stratégique proprement sidérante ravira également les vétérans.

+
  • Bases ludiques accessibles, grande profondeur stratégique
  • Présentation soignée...
  • Durée de vie énorme
-
  • Les tout débuts un peu rudes pour le néophyte (et encore)
  • ... mais tout de même austère
7
Benoît
Écrit par
Administrateur du site Etoile et champignon. Passionné par les jeux vidéo.

Réagir

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe perdu

Veuillez entrer votre identifiant ou adresse email. Vous recevrez un lien pour créer un nouveau mot de passe.